C'est à la richesse de son histoire que Bayonne doit l'importance de son patrimoine architectural. Son destin est intimement lié à son port, à la confluence de l'Adour et de la Nive, à sa proximité avec l'Espagne.
La ville relèvera tous les défis de l'Histoire en adoptant la devise Nunquam Polluta, qui signifie : jamais souillée ! Son destin militaire et sa vocation commerciale se sont affirmés au cours des siècles, comme en témoignent les édifices et autres belles demeures qui font sa réputation.

De Lapurdum à Baiona

L'histoire de Bayonne commence dès l'Antiquité, lorsque les Romains y installent un camp de garnison qu'ils baptisent Lapurdum. C'est au 10ème siècle que la ville prend définitivement le nom de Baiona (« bonne rivière » en basque).
L'activité commerciale de la ville se précise et le port devient un des plus importants du duché d'Aquitaine.

Anglaise pendant 300 ans

En 1152, le destin de Bayonne bascule lorsqu'Aliénor, duchesse d'Aquitaine, épouse Henri Plantagenêt, roi d'Angleterre. C'est le début d'un âge d'or qui va durer presque trois siècles. Le port devient une base commerciale de premier ordre entre la France et l'Angleterre.

Une place forte française

Devenue française en 1451, sous Charles VII, Bayonne occupe une place stratégique dans la géopolitique de l'époque, secouée par le conflit avec l'Espagne. La paix est signée en 1659. Louis XIV charge alors Vauban de fortifier la ville, d'y construire un fort et une citadelle. Dès lors, l'identité de place forte sera inexorablement associée à la ville.

 
Aller en haut de page